Accueil > Les NewsLetters de RESINFO > LASER, le renouveau

LASER, le renouveau

Publié le vendredi 16 juin 2017, par Richard Randriatoamanana
Entretien avec Eric RICHARD (INSERM)

Que signifie LASER ? Et comment le réseau est-il né ?
Languedoc-Roussillon Administrateur Système et Réseau. Laser est né avec un texte fondateur publié au mois de juin 2004 et a été intégré à RESINFO en 2005.

Comment as-tu rejoint le réseau ? Et quel est ton rôle aujourd’hui dans le bureau ?
Personnellement, j’ai rejoint le réseau en 2008-2009. Evoluant à cette époque dans une UMR CNRS-INSERM-Université, le CBS à Montpellier, j’ai découvert LASER à travers son site WEB dans un premier temps puisque j’en étais le webmestre. C’est naturellement que j’ai ensuite été invité à participer aux actions et réunions. Je co-anime aujourd’hui ce nouveau bureau.
Il me faut préciser que je suis agent INSERM et probablement le seul agent INSERM animateur de réseau régional supporté par le CNRS. Je ne sais pas si cela est spécifique à notre CoPil mais il inclut des agents CNRS, INSERM, INRA et Universitaire.

Comment est organisé votre bureau ou comité ?
Le bureau est composé de moi-même animateur/représentant et de Rémy Dernat le trésorier. Le comité de pilotage est actuellement composé de 9 membres qui se relaient pour l’organisation de nos actions. A ce jour la liste LASER inclus 114 membres. J’ai organisé un sondage pour tenter d’avoir la composition des membres de LASER. Sur les 39 réponses obtenues la répartition s’établit ainsi : CNRS 45 %, Université 18%, Agriculture-Supagro 11 %,INSERM 8 %, INRA 5 % ENSCM (ecole d’ingénieur) 5 %. Ces organismes représente 92 % des réponses.

Comment avez-vous relancé LASER ? Quelles sont vos actions en réseau ?
Le réseau a connu des périodes de fortes activités et d’autres moins productives.
Une des actions qui m’a marqué et à laquelle j’ai participé à travers LASER est la mise en place du nœud de la grille EGEE sur Montpellier en 2009-2010. Un des intérêts a été la découverte à travers ce projet, des différents aspects du travail communautaire.
En Septembre 2016 sous l’impulsion de membres historiques du CoPil, Sophie Nicoud, Jean-Luc Oms, Patrice Langlois nous avons souhaité donner une nouvelle impulsion au réseau. Un nouveau bureau a été élu et un nouveau CoPil s’est auto-proclamé le 10 octobre avec les volontaires présent.
Nous avons ensemble défini de nouveaux principes susceptibles de relancer l’intérêt de la communauté informatique pour LASER :
mise en place de réunion de travail informelle, avec support réduit ou inexistant sur des thèmes fixés à l’avance : « Les Cafés Techniques »
ouverture maximale à l’ensemble des acteurs informatiques des différentes tutelles présentes en Languedoc-Roussillon : CNRS, INSERM, INRA , Université, Supagro, Ecoles d’ingénieur etc.
De plus nous préparons une formation régionale sur la sécurité et le hacking pour le mois d’Octobre 2017. Celle-ci sera financé en co-tutelle par le CNRS, l’INRA et l’INSERM.

Expliquez-nous ce que c’est "Les Cafés Techniques"
Les cafés techniques sont réalisés tout les 2 mois environ. A ce jour cinq cafés techniques ont été réalisés ou en passe de l’être sur des thèmes assez large : Le stockage et les sauvegardes / Le déploiement et la gestion de parc / La sécurité / Stockage 2, le retour. Les sujets ont été sélectionné durant le café N°1 en même temps que la présentation du nouveau CoPil. L’horaire des réunions fixé en début de matinée ou d’après-midi imposait de proposer un café accompagné de petites douceurs pour. les gourmands d’où le nom choisi.

Quelle est votre spécificité ?
Cette mixité du CoPil nous permet de communiquer plus facilement avec les principales tutelles présentes sur Montpellier et de mieux comprendre leur fonctionnement et contraintes. Les besoins en terme de ressources informatiques, matérielles et humaines, sont également différents d’une tutelle à l’autre.
Cela entraine parfois des petits blocages administratifs ou financier, mais cette ouverture est à mon avis une des forces de notre réseau. L’étendue géographique des installations - de Banyuls à l’ouest jusqu’à Alès à l’est - est d’un autre coté un paramètre difficile à appréhender.

Quels sont vos objectifs ?
Un de nos objectifs est d’une part l’élargissement du public de LASER par une meilleure publicité de nos actions et d’autre part l’adaptation de ces actions aux plus près des besoins des agents du Languedoc-Roussillon. Une des pistes envisagée est de réaliser à l’avenir nos « Cafés Techniques » sur des thématiques plus centrées sur les besoins de chaque tutelle ou sur des thèmes plus ciblés.

Quelles sont les prochaines actions ?
Des travaux et projets sont toujours en cours pour appuyer le renouveau de LASER : mettre à jour notre site Web, proposer une solution pérenne pour la participation des agents distant ou encore étudier un nouveau logo.
« L’essentiel c’est de participer » dans la mesure de son temps et de ces moyens et d’y trouver en retour un intérêt au partage des connaissances.

Qu’attendez-vous de RESINFO ?
RESINFO apporte la vision globale des réseaux régionaux et la transmission des informations inter-réseaux. J’ai notamment pris quelques idées pour faire vivre un réseau lors de la réunion annuelle du mois de novembre 2016. C’était l’occasion pour moi de rencontrer les autres animateurs et d’échanger. Je me suis ainsi rendu compte que, comme LASER à une époque, des réseaux régionaux pouvait connaître une certaine baisse de régime ou avoir des difficultés dans leur organisation. C’est aussi le rôle de RESINFO de faire remonter les besoins de l’ensemble de ces réseaux régionaux au niveau national.

Pour en savoir plus sur LASER
Rien de plus simple, surfez sur http://laser.resinfo.org