Accueil > Les NewsLetters de RESINFO > Entretien avec Sophie Nicoud

Entretien avec Sophie Nicoud

Publié le jeudi 16 juin 2016, mis à jour le vendredi 17 juin 2016, par Vincent Bayle

Comment es-tu arrivée au comité de pilotage de RESINFO ?

En arrivant au CNRS j’ai été enchantée de la dimension nationale et internationale des actions et collaborations existantes au CNRS, mais également très étonnée de l’isolement et de la solitude que l’on pouvait y trouver. Cette dualité m’a frappée. J’étais habituée à travailler en équipe. Au cours de la dizaine d’années où j’ai travaillé en PME, groupes internationaux et SSII, j’échangeais énormément avec les utilisateurs et informaticiens, par exemple, j’adorais aller interroger les personnels des usines afin de développer des programmes d’aide et de suivi de production ou les responsables commerciaux pour les aider à analyser les statistiques commerciales.
Mon premier poste au CNRS, c’était en 1998, j’étais "administrateur réseau et sécurité du campus de la délégation régionale de Marseille". En lien entre les laboratoires du campus, j’ai commencé par organiser des réunions d’échanges afin de décloisonner les informaticiens, isolés dans leur laboratoire. Puis, j’ai créé une communauté sur Marseille et Aix-en-Provence. Après cette expérience, j’ai passé 6 ans enrichissants dans des projets de Grilles de Calcul Européens avec l’UREC et l’IN2P3. Lorsque j’ai intégré un laboratoire avec des missions plus locales, j’ai naturellement rejoint le groupe d’animation du réseau régional LASER, la communauté s’étant fédérée autour de RESINFO. Puis, du Copil de RESINFO, j’en suis devenue l’animatrice en 2014. J’ai toujours été pour la communication, l’échange et le partage des connaissances, qui se trouvent être des missions des réseaux.

 

Comment est née cette structure ? Comment est-elle organisée ?

RESINFO existe depuis 2005.
Un certain nombre d’ASR s’étaient regroupés en région, pour partager des connaissances et expériences, et se rapprocher de leurs homologues dans d’autres structures. RESINFO est né en 2005 d’une volonté de fédérer ces initiatives au niveau national. RESINFO a été soutenu par la Mission Ressources et Compétences Technologiques (MRCT) à partir de 2007. La première animatrice était Françoise Berthoud de 2005 jusqu’en 2009, Anne Facq lui a succédé de 2009 à 2013.

En 2014, les réseaux ont été rattachés à la plateforme des réseaux de la Mission pour l’Interdisciplinarité (MI) du CNRS, qui a entamé une restructuration des 22 réseaux métiers et technologiques nationaux, en lien avec les réseaux eux-mêmes. Les réseaux sont désormais structurés sur ce modèle :

  • un bureau composé de deux référents, le premier sur le budget, le second sur la formation
  • un comité de pilotage de 7 à 10 membres en fonction de la taille du réseau

La spécificité de Resinfo est d’être une fédération de réseaux régionaux. Le réseau Resinfo a choisi de conserver un lien fort avec les 14 réseaux régionaux, grâce un comité d’animation qui se réunit 1 fois l’an, composé d’un représentant de chacun d’eux.

Cette période de mutation a été bénéfique pour la reconnaissance des réseaux par les directions, notamment grâce à l’implication de la responsable Vanessa Tocut, avec qui j’ai réellement apprécié de travailler.

Resinfo représente les réseaux régionaux et est à l’articulation entre les différents acteurs du CNRS, les autres établissements et les réseaux régionaux. Resinfo consolide les rapports d’activité et Plan de Formation des Réseaux (PFR) demandés par la MI.

 

Quelles sont les principales actions de RESINFO ?

Resinfo organise et aide à organiser des manifestations nationales :

  • les JoSy (Journée Sytèmes). Il s’agit de journée en présentiel, webcastées, sur des thèmes intéressants la communauté. D’ailleurs, le thème de la prochaine JoSy sera "les technologies mobiles". Elle est organisée au LPNHE, à Jussieu, par Serge Borderes. Lors de la dernière journée sur le thème de la GED, il y a eu environ soixante dix participants, et une trentaine de connexions au webcast.
  • les Actions de Formation Nationale (ANF). Resinfo répond aux appels à organisation d’ANF de la plateforme des réseaux de la MI en soutenant les porteurs.
  • des actions nationales ponctuelles comme la formation Docker à Marseille avec DevLog,
  • des groupes de travail inter-réseaux : p.ex. sur la gestion de la données, en collaboration avec RBdd et Calcul, Obtenir sur les technologies nomades, Guide des Bonnes Pratiques.

Resinfo communique, par exemple via un stand pour tous les réseaux régionaux et le réseau national lors des dernières JRES, ou pendant les rencontres réseaux à Michel-Ange en Janvier 2016.

Le réseau national met à disposition des réseaux régionaux qui le souhaitent, un CMS mutualisé, ainsi qu’une plateforme indico.

Resinfo est aussi un interlocuteur pour les demandes (des services, des directions du CNRS, ou d’autres établissements) qui concernent les ASRs en général : par exemple, nous avons participé au groupe de travail sur Referens v3 pour la Bap E (famille C : Systèmes informatiques, réseaux et télécommunications) qui est le répertoire des emploi-type des IT.

Enfin, une autres des actions de Resinfo, est la gestion de la liste asr@services.cnrs.fr

 

Comment sont financées ces actions ?

Une partie du budget est alloué par le service national de formation du CNRS (SFIP), qui finance les Actions Nationales de Formation (ANF) et les formations organisées avec les Délégations Régionales.

Le reste (actions à effet de formation, rencontres, copil...) du budget est alloué par la plateforme des réseaux de la MI. Resinfo centralise les demandes, et répartit ensuite le budget alloué entre les différents réseaux régionaux, et les actions du réseau national.

 

Pour finir, peux-tu nous dire un mot sur l’avenir de Plume ?

A l’été 2015, Resinfo (avec le soutien de Mathrice) a proposé de reprendre le projet Plume. Le site de plume est actuellement hébergé dans une VM offerte par Mathrice et administrée par Resinfo. Nous avons constitué un groupe de travail, qui s’est donné pour objectif de concevoir une nouvelle plateforme, à partir de l’expérience acquise de Plume.
Nous avons prévu de communiquer plus en détail dans le courant du mois de Juin sur l’avancement du projet, sur les listes ASR, des réseaux, de Plume, et sur le site historique de Plume.

Je peux déjà vous donnez les objectifs de cette nouvelle plateforme, qui seront :
« Le partage et la valorisation des réalisations techniques et des outils utilisés et/ou développés par la communauté ESR. Ces réalisations ou outils pouvant être des procédés, des méthodes, des logiciels, des algorithmes, des diagrammes, des réalisations internes et « bouts de code » développés dans une entité de l’ESR. »

Je peux également vous dévoiler le nouveau nom de la plateforme :
FENIX (Fiches d’Évaluation Normalisées Issues de l’eXpérience)

A très bientôt